SEO : les bonnes pratiques résumées en 5 points

Redaction Web SEO - Bonnes pratiques

Pour arriver dans les premiers résultats sur Google, il existe un certain nombre de bonnes pratiques, plus ou moins techniques, qu’on va résumer ici.

Cet article se propose de vous présenter dans les grandes lignes les piliers d’une bonne stratégie de rédaction web orientée SEO. On y retrouve pas mal de conseils recensés par le site Opquast, qui a publié en décembre 2014 une liste de 80 bonnes pratiques SEO à déployer sur son site, à appliquer sans modération pour que votre site web ait la cote sur les moteurs de recherche. Pour les résumer : place au contenu de qualité !

[Article mis à jour le 29 avril 2016]

1 – Le contenu est roi

C’est peut-être le seul conseil qui ne passera jamais de mode : pour que votre site ait les faveurs des moteurs de recherche, il doit proposer du contenu de qualité ! Alimentez-le régulièrement (avec des mises-à-jour au minimum tous les 15 jours) en textes originaux, sans copier-coller, qui vont donner envie de passer du temps sur vos pages. Votre contenu doit être agréable à lire et utile. Si ça peut paraître une banalité, c’est en fait le centre de votre stratégie SEO.

En effet, ce conseil aura des effets bénéfiques sur toutes vos autres bonnes pratiques SEO (backlinks, réseaux sociaux, mots-clés…). Et c’est logique : c’est tout l’intérêt de Google de mettre en avant, sur ses pages de résultat, des textes qui apportent un vrai plus aux internautes ! C’est d’ailleurs LA tendance SEO de 2014 : selon l’étude de SearchMetrics, la qualité du contenu est plus que jamais valorisée par le principal moteur de recherche. Comme l’affirme le gimmick « content is king » (le contenu est roi), chaque euro investi dans vos textes est donc extrêmement rentable au niveau du SEO.

2 – Savoir utiliser les mots clés

Beaucoup de responsables de contenu web usent et abusent des mots-clés, en les empilant à mauvais escient. Il est difficile de savoir quel est le poids des mots-clés aujourd’hui dans le pagerank de votre site, car Google ne communique pas de données chiffrées sur la question. Depuis la mise à jour Panda, Google privilégie l’expérience utilisateur et sanctionne les sites qui produisent du contenu low-cost, à faible valeur ajoutée, se contentant d’aligner les expressions clé.

Veillez à bien doser les mots-clés dans votre texte, en ne les répétant pas toutes les 3 phrases. Inutile de répéter le même mot clé: mieux vaut taper dans son champ lexical, avec des synonymes et des expressions connexes. Grâce à la recherche sémantique, Google est capable de détecter les mots-clés et leur dérivés en les associant. Il en va de même pour les mots en gras : trop de rédacteurs se contentent de mettre des balises <strong> sur tous les mots clés, de façon systématique, sacrifiant l’expérience utilisateur sans savoir si Google valorise réellement cette pratique. Là encore, tout est dans le dosage : s’il est bon de mettre en valeur quelques expressions ciblées, utilisez d’abord les balises <strong> pour améliorer la lisibilité de vos textes et offrir aux lecteurs des entrées multiples dans vos textes ou vos descriptions de produits.

Le choix des mots clés est aussi très important : viser des expressions très concurrentielles (comme « assurance pas chère » ou « restaurant Paris ») est souvent une erreur, car arriver sur la première page de résultats Google est quasiment mission impossible. Mieux vaut cibler ses mots clés en prenant en compte une niche d’activité (« calculer bonus jeune conducteur », « restaurant italien bastille ») sur laquelle vous aurez plus de chance d’arriver dans les premiers résultats. Evitez de viser des mots clés qui ne correspondent pas à votre contenu, car les internautes se sentiront lésés et le temps passé sur vos pages s’en ressentira, ce que sanctionne Google.

3 – Jouez le jeu des balises Google

Pour que votre contenu soit mis en avant par les moteurs de recherche, il faut accepter de le baliser à l’aide de bonnes pratiques HTML faciles à mettre en place. Renseignez correctement la balise méta-titre, en moins de 70 caractères : c’est elle qui apparaîtra sur la page de résultats Google. De même, la balise méta-description doit indiquer quel est le contenu de votre page en moins de 160 caractères. Ces deux méta-données doivent mettre en valeur vos mots clés. Utilisez ensuite une balise H1 par page, et plusieurs balises H2, H3 et ainsi de suite, pour hiérarchiser vos paragraphes et indiquer aux moteurs de recherche comment est structuré votre contenu. Enfin, le texte en gras doit être encadré de la balise Strong.

Les images ou éléments graphiques (vidéos, infographies…) doivent intégrer une description dans le code HTML, dans l’attribut ALT de leur balise. Egalement, assurez-vous que vos URL sont orientées SEO, avec des adresses explicites, courtes et intégrant vos mots clés.

4 – Des liens à la pelle

Après le SEO on-site (sur votre site), abordons maintenant le SEO off-site (hors site). Pour résumer, il faut que de nombreux autres sites et réseaux sociaux « linkent » vers votre contenu. Cela revient au premier point abordé ici : un contenu de qualité est un avantage considérable! Cela dit, on peut aussi être proactif et pousser ses textes sur les sites influents, en les contactant. Au passage, il est important de bien identifier quels sont les sites dont les liens vont vous rapporter gros au niveau du SEO. Une fois que vous les avez identifiés, vous pouvez leur proposer des échanges de liens. Attention, le guest-blogging, autrefois toléré, est aujourd’hui pénalisé par Google.

Outre ces liens à haute valeur ajoutée, il existe un certain nombre de pratiques SEO consistant à obtenir des liens à faible valeur ajoutée : depuis des commentaires de forums, des annuaires de site ou de flux RSS. S’ils peuvent être utiles (car après tout, ils amènent du trafic sur votre site), ce type de lien est bien moins valorisé par Google que les liens depuis des sites influents.

5 – Votre site sur les réseaux sociaux

Les moteurs de recherche valorisent énormément les partages de votre contenu sur les réseaux sociaux. N’hésitez pas à être très actif, à investir dans le community management et à produire du contenu réactif à fort potentiel viral (top 10, infographies, quizz, concours…). L’objectif : de multiples internautes doivent partager et commenter vos pages sur les réseaux sociaux ! Visez les sites incontournables (Facebook et Twitter), mais aussi Pinterest, extrêmement valorisé par Google depuis 2014, et Google Plus. En effet, pour populariser son réseau social, Google en a fait un des premiers facteurs de référencement (selon l’étude de SearchMetrics).

Finalement, de toutes ces bonnes pratiques, la plupart sont mécaniques et ne vous démarquent pas vraiment de la concurrence (méta-données, partages sur les réseaux sociaux, pourcentage de mots-clés…). C’est donc vers le contenu de qualité, et une rédaction web pro, que se tournent de plus en plus les professionnels du SEO pour avoir les faveurs de Google. C’est d’autant plus vrai que les dernières évolutions de ses algorithmes de référencement (avec la mise à jour Panda) dénotent une valorisation toujours plus marquée des contenus originaux et qualitatifs.

Pour une rédaction web orientée SEO, par un professionnel du web, rendez-vous sur cette page pour solliciter un audit gratuit de votre site, ainsi qu’un devis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *